justicemonde_arabeCopie_de_FAUCHEUR_originel

"Les hommes sont plus importants que les structures" voici comment s'exprime, dépité,  un procureur du fief de la rébellion contre Kadhafi (Benghazi, le défi de la justice dans une ville livrée aux armes)

""C'était plus facile dans l'anarchie du début. Là, on essaie de mettre quelque chose en place et on doit composer avec les incompétents qui ne respectent pas les décisions du Conseil national de transition et ceux qui font du zèle" poursuit encore un membre responsable du CNT;

   On le voit ici comme ailleurs, du désordre engendré par l'éffervescence de la vision de liberté (mais mettant les coeurs en joie)...désormais s'organise la vengeance de façon systématique faisant fi des lois à la base d'une révolte qui se voulait légitime.

  Chaque jour on apprend les exactions des uns et des autres.  En Cote d'Ivoire, des charniers viennent d'être découverts, que nos médias officiels ont tôt fait de contrebalancer sur les haines ancestrales des clans... Pourtant, les belligérants s'appuyaient sur la démocratie et la légitimité des urnes ! Système politique propagé par les puissants du monde... devenu de façon implicite le moyen d'imposer sa loi et de conquérir les marchés.

   En Europe aussi nous avons connus cela il n'y a pas si longtemps en ex Yougoslavie (l'arrestation ce jour du général Mladic, le rappelle). Pourtant, là aussi cette guerre civile l'était au nom du Droit.

   Sans doute beaucoup d'entre nous fatalistes doivent être enclins à dire qu'il n'y a rien à faire...les conflits étant comme autrefois les incendies de forêt...le feu devant s'éteindre de lui même... Toutefois, ne parvenons nous pas aujourd'hui bon gré mal gré à éteindre et contrôler ces sinistres ? Si l'on ne peut raisonner ainsi avec les humains, c'est que nous doutons de notre foi à vouloir sauver les hommes et la vie en général...  avertis ou désillusionnés par notre système juridique qu'il se présente comme démocratique ou sous l'égide d'un "petit père des peuples" ou "grand timonier' (Staline et Mao); régimes de ces deux derniers présentés pourtant comme "révolutionnaires" .  A vrai dire, nous n'en étions pas loin... l'hiver 1917 aurait pu engendrer cet "homme nouveau", ce "printemps des peuples" si les vainqueurs de ces mouvements sociaux avaient eu la sagesse de se mettre en retrait en se contentant d'une place de "Premiers parmi leurs égaux".

  S'il nous faut admettre malgré nous, au regard de l'histoire, la violence comme le mal nécessaire au changement, gardons toutefois conscience que les blessures causées guérissent seulement par le pardon et la compassion. Voilà pourquoi il nous faut contribuer à l'avènement d'une voie médiane, une religion digne de ce nom considérant à l'instar de ce sage libyen que:

"Les hommes sont plus importants que les structures.."