video-swastika

swastika

Le "druide" des Monts Jura et la Swastika d'Alesia

 

 

couv2 leclaireur_site DRUIDE

 

 

commentaire d'une enseignante 1

commentaire d'une enseignante 2 - Copie

 

  Comme déjà signalé dans le billet précédent en ce début d'année je remets le métier sur l'ouvrage et affiche à nouveau ce commentaire élogieux.  En effet, contrairement aux parutions précédentes, mis à part mes publications sur le Web et en expo dans mon auberge, ce livre, désormais achevé... (malgré l'attente d'une suite que ne manqueront pas de me demander les lecteurs séduits) n'a pas encore fait l'objet d'une promotion quelconque. J'attends toujours d'avoir le moindre article dans un journal....Récemment, je vous avais annoncé une séance dédicace dans un "Tabac-presse" , mais comme le journaliste s'en excuse : les délais n'ont pu être tenus. Donc, c'est reporté.

   Toutefois, j'attendais des échos en toute neutralité des quelques exemplaires écoulés, vendus ou offert à des proches. Mais bon, Il est vrai que l'adage "nul n'est prophète en son pays" est d'une grande pertinence. Aussi, même les membres de ma famille ne lisent pas ou très peu mes pubications.. De fait, pétris dans leurs aprioris, ceux ci ne saisissent pas l'objet de ma démarche craignant surtout l'amalgame avec eux mêmes. Comme dit mon épouse "les fous...on s'en sauve" ... Alors voyez vous, bonjour l'ambiance à la maison ... Toutefois, et là je m'empresse de relativiser, la séparation de corps que je vis, m'a permis de réaliser mon oeuvre sans trop couper les ponts et autres responsabilités.  Tel, autrefois, le druide ou le chaman, vivant à l'écart du village, mais toujours au fait du moindre évènement. Pour autant, de nos jours avec Internet, de profonds liens peuvent se tisser à distance et créer d'indispensables et intarissables amitiés.. du genre cyber-communautés.  Bien que les disputes y soient aussi fréquentes qu'en famille...mais là, on peut choisir.

  Ce commentaire affiché, finement construit, autant concis qu'ouvert en esprit et en détails, m'est donc précieux.  D'autant plus qu'il provient d'une personne pas spécialement attirée par ce genre d'affaire et avec qui mes rares contacts furent tendus. J'étais surtout en lien avec son père (décédé depuis), géomètre de métier, mais aussi juriste et grand fédéraliste. J'avoue donc avoir été ému par ce billet... impression que peuvent ressentir ceux qui sont parvenus  à émerveiller un être inopinément , sous l'éclat d'une même lumière. Sans même maîtriser le seuil de cette ferveur.

  Paradoxalement, les éloges se portent plutôt sur la formule employée, le roman historique et sa texture qualifiée "d'entrelacs" subtilement réussie (sic) . C'est en effet, de cet aspect que venait mon inquiétude... Vu que j'en suis à ma troisième compilation, contextes et époques se succédants, je craignais la confusion; me voici rassuré. 

   Certes, l'épenchement porte surtout sur la version romanesque alors que le but initial reste bien d'expliquer un contexte historique au plus grand nombre. Afin de mieux cerner et mettre en lumière les tenants et aboutissants, découlants des lieux mêmes où je situe Alésia. Localisation qui fait l'objet en France d'une grande controverse.  Mais, au fil du récit (étalé sur une vingtaine d'années), en fonction des rencontres, découvertes et autres échos de mes essais précédents, j'ai du modifier mes objectifs  pour en arriver à circonscrire le sujet dans une telle globalité, que je me surprends à supposer avoir écrit une projection du "troisième testament" .  Il était donc temps d'y mettre un terme (lol). Vous comprendrez donc ici, mieux la réaction de celle qui jusqu'ici a partagé ma vie. Pour autant, droit dans mes bottes, au lieu de "fou" , j'aspire surtout à l'Eveil ! C'est à dire, devenir un être conscient de tous ses états (atouts comme faiblesses), y compris l'humilité !

  Sur ce, je vais conclure en soulignant surtout l'entremise du personnage principal qui m'accompagne tout au long de ce récit, cette "muse inspiratrice" si bien citée dans ce commentaire "présente et discrète qui donne de l'espace au lecteur" , que j'ai crée ou plutôt "osmosée" (vu que pour moi le personnage est bien réel) dans mon exposé tant et si bien qu'elle refuse de se reconnaître malgré les nombreuses citations et réactions empruntées dont j'étais récepteur à son contact. Toutefois, moi même l'ais-je reçu ainsi... c'est d'ailleurs, d'après mon commentateur élogieux ce qui parvient à donner la cohésion à l'ensemble et surtout  son charme. Quoiqu'il en soit la rencontre de ces deux êtres aussi discordant que complémentaires aura produit cette "potion magique" ...le druide et ça druidesse....le temps d'une saison etc....

  Le dernier point, essentiel que j'ai voulu ressortir dans ce livre outre le " cheminement mystique" qui s'est imposé à moi , est ce rapport constant avec la vérité historique qui, telle une source obstruée par des immondices de mensonges ou de complaisance, finit par ressurgir à un endroit où elle abreuvera un honnête quidam. Tel cet Abbé qui en 1836 prend note de cet exhumation de 200 soldats romains   camp_romain_de_Peseux_  description et que je donne en début d'ouvrage et en ultime allusion en toute fin, tant ce document est capital pour la localisation de l'ancien site d'Alesia. Cité qui autrefois d'après certains auteurs, était le "foyer et métropole de toute la celtique" voir ici :fondation_d_Alesia . Il en va de l'importance de la compréhension de l'essor de notre civilisation de son présent et de son avenir au vu des nouvelles prises de conscience engendrées par l'impasse où se situe notre système "socio-capitaliste", émanant lui même de bases religieuses remises en question.

 L'avenir, sera "ensemble" ou avec personne !

Jean-Claude BONNOT