centrales atomiques

 

           Copie de FAUCHEUR-originel          Si pour certains les nouvelles et les espoirs de changement sont bonnes, pour d’autres c’est moins évident.  Toutefois, même si je fais évidement allusion aux élections, derrières les tissus de mensonges ou autres arrangements avec la vérité, sans compter ce que chacun choisi de voir et comprendre en fonction de son état de vie (...) l’information, la vraie fini par nous atteindre.  En effet, malgré toutes les promesses de notre nouveau président, s’il se produit une crise financière comme en 2008 ou un tsunami comme au Japon, il faudra sérieusement réviser les plans et surtout être en situation de réagir rapidement et faire face à nos responsabilités.

  Voici ci-dessus une lettre suivi d’une argumentation bien alarmante que je me dois de faire suivre (ce qui n'est pas le cas de tous ceux qui se targuent d'êtres humanistes ou écolos et font de la rétention d'info pour protèger leur confort !) 

 J’ajouterai tout de même que son auteur (Derudder dont je ne partage pas les idéaux d'extrème gauche) laisse penser trop facilement que nous pouvons arrêter nos centrales nucléaires comme vient de le faire le Japon.  En effet, hormis les conflits sociologiques que cela entrainerait s’il fallait réduire comme les Japonais notre consommation d’électricité, au niveau technique ce n'est pas évident.

  Il faut savoir que les noyaux des réacteurs sont toujours actifs ainsi que les barres de combustibles qui restent allumés  (comme des mégots de cigarettes) à refroidir en permanence…voir ci-dessous, les problèmes avec les piscines au Japon !

  De plus et je ne cesse de le répêter, il très dangereux de laisser ce genre de "marmite sur le feu" sans s'assurer de la vigilance d'un personnel compêtant en maintenance. Ex, l'accident de Tchernobyl au moment du démentèlement de l'ex URSS. 

JCB

 

 

 

 

De : Philippe Derudder [mailto:derudder@lhed.fr]
Envoyé : mardi 8 mai 2012 12:12
À : destinataires inconnus:
Objet : Fukushima - Énergie nucléaire

 

ENVOI EN NOMBRE

Bonjour tout le monde

J'ai une bonne nouvelle et une nettement plus inquiétante à partager avec vous au sujet du nucléaire.

1- La bonne : La dernière centrale nucléaire encore en service au Japon (sur les 54 initiales) vient d'être arrêtée. Cela devrait faire réfléchir et relativiser nos débats en France lorsque l'on considère impossible de sortir du nucléaire, ou au Québec sur la question de savoir si on réactive une centrale.
Voilà un pays, grande puissance économique mondiale qui, sous la pression d'un accident majeur, a arrêté brutalement ses centrales. Certes le quotidien des japonais s'en ressent car évidemment il faut économiser de façon drastique l'énergie et se passer de l'éclairage des vitrines, des pubs, de l'air conditionné etc... mais la vie continue et le pays n'est pas paralysé. Si on peut fermer 54 centrales en 1 an, on peut les arrêter toute doucement sur une vingtaine d'années sans en souffrir non ?

2 - La nouvelle plus inquiétante : Malgré la situation dramatique sur le territoire japonais, un fort lobby pro nucléaire continue  de s'exercer et agit pour la ré activation des centrales. De plus voici, ci après, un rapport de la situation et surtout de l'épée de Damoclès qui pend au dessus de nos têtes. Le but de ce message n'est pas de faire peur; ce qui est, est, et se faire du souci avec cela ne servira à rien. Mais quand je vois que de nombreuses personnes sont encore partisanes de cette forme d'énergie au nom de "l’indépendance énergétique", ou de l'emploi ou de que sais-je encore, et que ces arguments prévalent sur le danger dont on est maintenant largement avertis, je me demande quelle claque il faut encore prendre pour enfin prendre conscience de la forme suicidaire de cette voie. Faut-il en arriver à ce que le risque décrit dans ce rapport se réalise ?
Contrairement à ce que l'on peut encore penser, l'énergie nucléaire, dans sa forme  actuelle, est une énergie du passé. Une technique dépassée. Elle n'est promue en France que parce qu'elle représente des intérêts industriels et financiers puissants qui veulent s'imposer dans un total déni des réels conséquences possibles. je rappelle aussi qu'au delà du risque d'accident reste toujours la question des déchets qui n'a reçue aucune réponse à ce jour, ni celle du démantèlement des centrales en fin de vie... Un peu de bon sens dans tout cela ne serait pas un luxe.

Voici l'information reçue de Pierre Langlois, physicien québécois.
Bien cordialement
Philippe

"""""""""""""""

Bonjour à tous

J’ai hésité pendant quelques semaines avant de vous transmettre les informations ci-dessous, concernant le désastre nucléaire de Fukushima au Japon, ne voulant pas mettre trop de notes sombres pour les prochaines années. Mais, finalement, je ne crois pas que la politique de l’autruche la tête dans le sable soit appropriée, car nous avons d’importantes décisions à prendre concernant l’avenir des centrales nucléaires, et on ne peut se défiler.

Tout d’abord, dans sa dernière vidéo d’information (25 mars 2012), Arnie Gundersen, un spécialiste de renommée mondiale dans le domaine des centrales nucléaires, nous apprend qu’il est allé au Japon en février 2012, et en a profité pour collecter 5 échantillons de sols à Tokyo, à divers endroits. À son retour chez lui, aux États-Unis, il les a fait analyser et tous ces échantillons seraient considérés comme déchets nucléaires dans son pays, et devraient être envoyer au Texas pour être traités. Voir

http://www.fairewinds.com/fukushima

Ensuite, il ne faut pas oublier qu’il y a un an déjà les autorités japonaises ont recommandé à la population de Tokyo de ne pas utiliser l’eau du robinet pour les enfants, car le seuil de radioactivité était trop élevé. Voir

http://www.ctv.ca/CTVNews/TopStories/20110323/japan-fukushima-radiation-contamination-concerns-110323/

Pour «éviter les problèmes légaux» le gouvernement japonais a simplement augmenté les seuils de radiations considérés comme sécuritaires pour les gens!?!

Maintenant, ce qu’il faut savoir, c’est que cette contamination est reliée aux réacteurs de la centrale de Fukushima, dont les barres de combustible sont contenues dans des enceintes fermées de 15 cm d’acier. On sait aujourd’hui que le manque d’eau dans 3 des réacteurs a fait fondre leur coeur et produit beaucoup d’hydrogène (par décomposition thermique de l’eau) qui a occasionné les explosions qu’on connait en démolissant les bâtiments, ainsi que les énormes grues (ponts roulant) aux plafonds de ces derniers, alors que leur fonction était de retirer et déplacer les barres de combustibles usées pour les entreposer dans des piscines (une par réacteur).

Or, la quantité de combustible nucléaire dans ces piscines est dix fois plus grande que celle des réacteurs, après plus de 30 ans d’opération des centrales, et tous les déchets nucléaires s’y trouvent, incluant le plutonium, dont quelques millionièmes de gramme ingérés suffisent à donner un cancer mortel (il y en a des tonnes)!

Ce qui préoccupe beaucoup Arnie Gundersen et bien d’autres spécialistes mondiaux du nucléaire, c’est justement ce qui peut arriver avec le combustible entreposé dans les piscines. La piscine du réacteur 4, en particulier, est en très mauvais état et on a dû installer des piliers d’acier pour l’empêcher de s’écrouler (les piscines sont dans le haut des édifices). Si un tremblement de terre de magnitude 7 et plus arrivait, il y a de fortes chances que cette piscine s’écroule ou ait une brèche importante qui la vide de son eau. Et les experts géologues savent que les chances d’avoir un tel tremblement de terre sont très grandes sur un horizon de quelques années. Le Japon est situé sur la ceinture de feu du Pacifique.

Si un tel dommage devait arriver à cette piscine ou à une autre, les barres de combustible usées n’étant plus refroidies prendraient en feu, envoyant des quantités faramineuses d’éléments radioactifs dans l’environnement, bien plus importantes que ce que nous avons connu jusqu’à aujourd’hui. Il ne faut pas oublier que les piscines sont à l’air libre, et n’ont pas d’enceinte épaisse en acier pour les contenir, comme c’est le cas pour les réacteurs. Et comme il serait impossible à tout personnel d’approcher, dû à la radioactivité trop intense, il y a de fortes chances pour que les autres piscines du site de Fukushima fassent de même, étant laissées à l’abandon.

Dans l’éventualité où une seule piscine se vide de son eau, et que son combustible soit projeté dans l’environnement, IL FAUDRAIT ÉVACUER TOKYO (35 millions d’habitants). Et si toutes les piscines y passent, c’est le Japon au complet qu’il faudrait évacuer!!!!!!

Selon les experts, si un tel évènement devait se produire c’est la survie de la race humaine et de bien des animaux qui est en jeu. Voir

http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=30207

Souhaitons, que les autorités japonaises vont avoir suffisamment d’humilité pour demander l’aide des meilleurs experts mondiaux indépendants et enlever la gestion de cette catastrophe à TEPCO (Tokyo Electric Power Corporation) qui est en conflit d’intérêt dans cette affaire et tente de camoufler le plus possible la gravité de la situation.

Alors, si certains d’entre vous aviez encore des hésitations sur l’avenir de la Centrale nucléaire Gentilly 2, la seule au Québec, qui fournit moins de 2 % de notre électricité, alors qu’on est en surplus pour les 10 prochaines années, vous ne devriez plus hésiter désormais à demander haut et fort sa FERMETURE.

Ça suffit de jouer à l’apprenti sorcier! Revenons vite aux énergies renouvelables propres.


Bien cordialement

Pierre Langlois, Ph.D.
Physicien: consultant / auteur

Tél.  418-875-0380

Courriel:           pierrel@coopcscf.com
Site Internet:   www.planglois-pca.com

L’information et la solidarité sont les deux piliers des véritables changements