corbeau-horoscope 2

corbeau-horoscope

 

 

Copie de FAUCHEUR-originel

Précédemment, j'annonçais que l'affaire de ce corbeau "agressif" après celle du loup, n'en n'était qu'à ses débuts... en voici donc un bel écho ! Le magazine "HOROSCOPE" vient d'en faire un article à sensation.  Certes, il ne s'agit pas encore de la une de "Science et Vie" , mais il se trouve que je suis cité dans l'encart argumentaire d'un texte respectable. La rédactrice et moi même n'apportons  pas de réponse claire à ce phénomène, mais les allusions et témoignages que nous relevons  méritent le détour de votre attention.

  Pour ma part, sans oser dire que j'espérais de telles manifestations...je n'en suis pourtant plus à me surprendre. Aussi dois je composer entre sagesse et jubilation.  Il se trouve effectivement que j'ai fait état dans un paragraphe de mon livre d'une conversation entre un druide qui a pour ami et éclaireur, un corbeau !

Jean-Claude Bonnot

 

Voici ma réponse à la journaliste du mensuel "HOROSCOPE"

Horoscope-compliments

 

Un visiteur de votre blog "* L'ECLAIREUR-CITOYEN *" a souhaité vous contacter via le lien 'Contactez l'auteur' présent sur votre blog.

Voici son message :

une question

Bonjour Monsieur,
Je suis journaliste pour le magazine mensuel Horoscope (situé à Paris dans le 14e), et nous allons publier un article sur l'habitante de Froidefontaine harcelée par un corbeau : nous supposons que l'oiseau est un messager. Je m'aperçois que vous avez écrit un roman où vous considérez vous aussi cet oiseau comme un messager. Pourriez-vous m'en dire un peu plus à ce sujet ?
Bien cordialement,
Valérie jaudon

De : valerie.jaudon
Envoyé : lundi 23 juillet 2012 15:19
À : Jean-Claude Bonnot
Objet : Re: CanalBlog - vous avez un message

 

 

 

Est-ce que cette affaire du corbeau de Froidefontaine, vous n'y a avez pas vu comme un discret signe du destin, qui vous encourage dans vos recherches historiques ? 

 

 

Cordialement,

Valérie Jaudon

 

 

Le 23 juil. 12 à 15:07, Jean-Claude Bonnot a écrit :

 

Hem… Je mets effectivement en scène dans mon livre un corbeau qui vit au sommet d’une colline avec un druide chargé de surveiller la navigation sur le Doubs avant la conquête romaine, qui autrefois était la principale voie commerciale de jonction entre les fleuves Rhin, Rhône et Danube… aux environs donc de Froidefontaine.  La trame de mon ouvrage, étant de mettre en évidence la localisation d’ Alésia à partir des us et coutumes païennes…

  Ce volatile a la particularité de s’apprivoiser facilement du fait de sa longévité, donc de sa mémoire.  Cette dernière, combinée à ses facultés d’orientation lui permettrait de ressentir où en tous cas percevoir les « concentrés d’intention » genre peur panique des animaux juste après un séisme ou tension non encore perceptible aux humains…eux-mêmes ayant d’autres préoccupations.   A fortiori, en absence de tels symptômes d’inquiétude, le corbeau peut refléter l'apaisement et la clairvoyance.  D’où son envoi par Noé pour savoir si la terre est redevenue hospitalière…Comme il n’est pas revenu à l’arche, c’est donc qu’il avait cédé au charme paradisiaque qui s'offrait à lui (...)

  J’en profite également pour évoquer un changement d’époque ou de monde…comme il y a 2000 ans avec la conquête romaine et l’arrivée du Christianisme !

   Vous pouvez aussi, évoquer « le corbeau et le renard » de Lafontaine… C’est lui qui détient le trésor, le mystère du monde que ne peut voir Goupil aux ras des pâquerettes… celui-ci doit donc utiliser la ruse, pour s’accaparer la puissance d’un Secret qu’il ne peut connaître sans montrer pâte blanche.. Comme Prométhée dérobe le feu aux dieux … bizarrement, celui-ci est puni, cloué sur un rocher et chaque jour, un corbeau ou un aigle vient lui dévorer le foie ….

  Bref, l’animal a de quoi « noircir » bien du papier !

 

Pour ma part, je l’utilise comme outil prémonitoire pour projeter ma fresque historico religieuse.  En voici un extrait…

 

Bien à vous… à votre disposition

Jean-Claude BONNOT

 

 Voici le paragraphe de mon livre page 197

 

LE CORBEAU MESSAGER

« Croaa ! Croaa ! Halmaar ! Halmaar !!! »

Soudain, Vivrax sort de sa méditation.

« – Qui va là ? qu’est-ce donc ?

– Croaa ! Halmaar ! Croaa !

– Ha oui ! Halmar. J’allais l’oublier celui-là. Heureusement que tu es là mon Dubos; je songeais encore à notre bon vieux temps, quand tout était paisible... En ce moment, c’est la période de semer les choux. Avant, on organisait une petite fête, les amoureux venaient me voir avant d’aller sur le mont Belénos. Les plaisanteries fusaient, des éclats de rires à faire jaillir de l’eau faisaient pleurer les vieux, les bardes de passage entonnaient des chants sous les yeux brillants des filles... Maintenant, tout le monde est agité, anxieux... Les hommes se terrent dans la montagne, les femmes gémissent, les enfants sont livrés à eux-mêmes. Pour un peu, ils me prendraient tous pour un vieux fou quand j’essaie de les raisonner...

– Croaa ! Croaa ! Halmaar !

– Ça va ! J’ai compris. Depuis qu’Halmar t’a appris son nom, tu t’en souviens. Tu as bien entendu Zaël crier tout à l’heure, c’est donc vrai ! Il arrive !

Hum... Il faut que je vérifie. La nuit est tombée depuis un moment, je vais monter au mirador demander la confirma­tion aux guetteurs du Lomont, cette fois avec les feux. Inutile d’attendre cette “gueuse” de fille, elle serait déjà là ! ».

Au moment où il saisit son bâton, prêt à partir, il entend des bruits de voix venant de la colline voisine.

Il va jusqu’à son point de vue et émet un rire de satisfaction.

« – Ha ! ha ! Les traditions ont la vie dure. Je le savais, personne ne peut nous vaincre... Même si les Romains substituent un jour leurs dieux aux nôtres, nos coutumes

coexisteront car elles sont la vie. Ecoute-moi ça Dubos ! Nous sommes à l’équinoxe et il y a du monde sur le mont Belénos. Je suis sûr que beaucoup de nos guerriers sont venus rendre visite à leurs femmes ce soir. L’eau va être froide quand il faudra baptiser tous ces “moutards” dans le Doubs à la fin de l’année, ils vont hurler... C’est ça la vie, Dubos.

– Croaa ! croaa !

– Ça va, j’y vais... Mais... Attends. A ce que je vois, nos fornicateurs ont allumé des feux... Mon message sera confondu depuis le haut des monts.

– Croaa !

– Attends sale bête, je réfléchis... Inutile de prendre des risques, il faut absolument prévenir les navigateurs. Les Romains campent au bord du fleuve, prêts à intercepter le moindre navire...

– Croaa ! croaa !

– J’ai trouvé ! Euréka ! Comme dit Halmar, merci Dubos ! Tu sais quoi ?

– Croaa !

– Hé bien, le message c’est toi ! Mais comme ton voca­bulaire est restreint et que je ne sais pas écrire, ta voix sera le coursier qui te transportera. Toi, tu seras la preuve... Attends, je vais tout de même attacher un rameau de buis à ta patte en signe de bienvenue, il comprendra... Parfois une image vaut mille mots...

Qui fait le guet à cet heure ? Arthos ! Le fils de Janos ! C’est parfait, il va bien réussir à débusquer encore un cheval au village. Je pars de suite prendre son poste. Tu entends Dubos, il y a une solution pour tout, inutile de paniquer. Entre donc dans cette cage ! Voilà, calmement, avec Arthos, tu voyageras en sécurité... Demain, à la pointe du jour, je suis sûr que tu seras rentré avec un message de nos amis. J’irai ensuite tranquillement les attendre le long du Doubs.

– Croaa... »