Voici de nouveau en tête d'affiche ce billet qui me permet d'étoffer de suite ma demarche vis à vis de l'association de " tourisme identitaire " que nous venons de créer ( ALTAR Europe Franche-Comté) 

 

 

grotte_enfersIMG_1046

 

Grotte du Château de la Roche ( La nature n’a pu donner cette forme trapézoïdale à cette caverne.. plus vaste que les salles des temples d’ Egypte !

 Ci dessus , me voici en « chercheur du Graal » à la résurgence du fleuve des enfers ( Le Styx du mythe grec d’ Eleusis)  qui coule au fond de ce temple du soleil..

 Voir aussi :  Alesia, Archéologie et les Champs Elyséens...Révelations !

 

 LA DIVINE RUSE ! Le Saint-Suaire "Relique des reliques" rapporté des croisades par Othon de La Roche...

A l'occasion de la démission et la réélection d'un Pape , je remets ce billet en tête d'actualité .. car il s'agit du "coeur du mystère " sur lequel repose le Christianisme !

 NOUVEAU :  chap / La_divine_supercherie_ L'ECLAIREUR D'Alesia au Christianisme 

SAINTSUAIRE

livre Othon de la Roche

 

  NOUVEAU :  chap / La_divine_supercherie_ L'ECLAIREUR D'Alesia au Christianisme 

Copie de FAUCHEUR-originel

Si ce n'est pas la caution scientifique que j'attendais, ça y ressemble ! En effet, à ma grande surprise, vient de sortir un livre sur  Othon De la Roche" ce seigneur Franc Comtois qui suite aux croisades finit par devenir "Duc d'Athènes" . La famille De la Roche a même encore des descendants en Grèce (sur la Photo de l'article en lien).

 L'auteur de ce livre "Gérald Barbet" était venu me rendre visite, voici bientôt une vingtaine d'années, à ma demande, suite aux découvertes archéologiques (notamment des pièces de monnaies antiques) que j'avais faites dans une grotte. Celle ci, dénommée "Grotte du Chateau de la Roche" (en vidéo en haut à gauche sur mon site "Alesia des Mandubiens")étant devenue par la suite, le lieu de l'apogée de mon premier livre "le Mystère des Mandoubiens".

 Bien entendu, l'auteur de ce nouveau livre sur Othon de la Roche, pour rester crédible vis à vis du monde scientifique, ne mentionne surement pas cette rencontre, ni même ne se risquera pas à mettre un lien sur mes travaux... Si tant est qu'il considère ma démarche comme un travail sérieux !  Enfin, je n'en suis plus à somatiser sur ce genre de considérations incapacitantes ...Comme lui, j'ai poursuivi mon chemin et considère davantage avoir été  servi par la providence. Facteur qu'il est indéniable de considérer, si l'on veut vraiment se motiver pour aboutir, de façon consciencieuse et honnête vis à vis de nos contemporains et être fidèle à la mémoire de nos ancêtres. Mais bon, je conçois que dans sa position et sa formation d'archéologue académique, la première des choses pour lui, s'il voulait conserver le "crédit" de ses pairs, était de ne pas faire de lien avec l'affaire d'Alesia et encore moins avec les fondements du Christianisme...comme j'ai été amené à le faire avec le Saint- Suaire !

  En effet, comme ce livre de nouveau l'atteste, Othon de la Roche serait revenu des croisades avec cette relique tant controversée qui étrangement résiste par le mystère de sa conception et son étrange apparition (la foi chrétienne n'ayant point besoin de ce genre de preuves matérielles)  aux versions données par plusieurs analyses ....

 
   Pour ma part, et couper court en rentrant dans le vif de mon sujet, je pense aux vu de l'orientation de mes recherches et découvertes, que la famille De La Roche POSSEDAIT LE SAINT SUAIRE BIEN AVANT LES CROIDADES !

Tout au moins, la partie représentant le corps...La tête de cette "fausse-vraie relique" (comme je la nomme dans mon livre) étant celle de Jean-Baptiste ! Personnage reconnu à juste titre comme le précurseur de Jésus ! Soit pour les Templiers (liés à la famille de la Roche ) le véritable guide !

 De suite donc, avant d'y revenir plus en détails, je vous livre un extrait de mon livre. Je précise aussi que celui ci comporte des chapitres entiers sur les templiers, dont un intitulé "Othon de La Roche". Mais, bon l'important, pour tous les septiques et autres curieux reste de se concentrer sur le "principe-substance" duquel se base la religion qui soutient notre civilisation.

Si vous visitez mon site, ne vous étonnez pas de voir sur le forum, d'innombrables spams, dont je ne peux me débarrasser, si ce n'est en fermant cette plate forme... Heureusement, l'essentiel est préservé dans mon livre ! Pour autant, je vous encourage vivement à apposer quelques commentaires ici sur canalblog  où je suis plus à même de résister à ce genre de cancer !

 

 

 

L'ECLAIREUR page 95

LE SAINT-SUAIRE

- En effet, avec cette « Relique des Reliques » nous devrions aborder l’essentiel…  Mais, mon positionnement à ce sujet risque de faire grincer bien des chapelles…

- Tu ne serais pas le premier, c’est un sujet qui provoque encore plus de polémiques que l’affaire d’Alésia !

 À ce moment, Jean-Charles se lève brusquement et, tout en toisant son interlocutrice, se dirige vers le lavabo pour prendre un verre d’eau.  Revenu à sa position de départ, il annonce en toute tranquillité :

- Les « trois Saintes reliques », à savoir : Le Saint-Suaire, le Saint-Graal, la couronne d’épines auraient été déposées à l’autel des Mandubiens… Les habitants d’Alésia.

- Que me racontes-tu encore ?

- Et l’autel des Mandubiens, Altare-Mandubiorum, est un ancien sanctuaire en tous points semblable à Eleusis où les comtes de la Roche ont leur fief. Donc il est fort probable que notre fougueux commandeur de la quatrième Croisade, Othon, possédait déjà le Saint-Suaire de par sa famille bien avant le saccage de Constantinople. Là où il est sensé avoir dérobé la Sainte Relique en 1205.

Cette fois, c’est Sophie tout empourprée qui se dirige vers le lavabo... et s’asperge entièrement le visage d’eau froide.  Nous pouvons être certains que de sérieuses explications vont avoir lieu… D’un ton calme, cependant, elle reprend la conversation.

-  Tu aurais pu, m’informer de ce genre d’argumentation avant notre départ, ne penses-tu pas ? Cela dit, inutile d’ajouter que je les trouve pour l’instant              " fumeuses".

Jean-Charles, après avoir tendu une serviette à son amie afin qu’elle s’essuie le visage, pose sur  son lit une documentation qu’il avait sans doute préparée à cette occasion puis répond, toujours avec la même décontraction.

-  Il n’est pas certain que tu m’aies suivie jusqu’ici, si je t’avais informé en détail de toutes mes aspirations et autres intentions. D’ailleurs, nous nous connaissons à peine et puis… avec les a-prioris que tu as, la « psyché » ou le « phénotype » que tu voulais voir en moi.  L’aubergiste inspiré, perdu dans sa montagne, se disant « druide-bouddhiste », qui propose un voyage en Grèce afin de rechercher les « mânes de ses ancêtres ». J’étais un beau sujet d’étude pour toi, même pourquoi pas un divertissement… Pour un peu, j’aurais été tenté d'en faire plus…  Non, pardon… C’est sans doute moi qui me fais des idées. Avec toutes mes implications sur les sujets spirituels, mythologiques, il m’arrive parfois de songer que la relation parfaite entre deux êtres puisse atteindre la fusion avec l’être d’éveil… À l'instar de Nicolas Flamel, le célèbre alchimiste, qui l’aurait accomplie avec son épouse Pernelle.

  Puis, comme si subitement il prenait conscience de molester sa compagne, sous prétexte de la jauger, notre druide en s’approchant aperçut aux coins de ses yeux perler de petites larmes. Bouleversé, saisi par l’émotion, il lui baisa le front et lui saisi la main.

- Pardon lui dit-il avec un accent sincère – Mais il importe que des choses soient émises dans la spontanéité car, parfois, attendre le bon moment est le meilleur moyen  de ne jamais se rencontrer…

  Sophie essuie ses larmes, visiblement émue, sans trop savoir d’où provient son désarroi. Partagée entre le fait de s’être laissée surprendre dans une intimité qui sied mal à sa profession, et de l’autre côté intérieurement apaisée par la compassion appuyée que vient de lui porter Jean-Charles. Voulant donner le change, elle se saisit des documents disposés sur son couchage.

-  Ah je vois, dit-elle – C’est l’imprimé de ton site Internet ! Il est vrai que je l’ai parcouru de façon très brève : il y a tellement de chose sur le Web…

- En lisant tu constateras que je ne t’ai rien dissimulé, comme je ne cache rien à personne. C’est un peu le propre de certaines vérités elles sont là, sous nos yeux, mais peu les remarquent. On comprend pourquoi Dieu a envoyé son fils pour être le verbe incarné… eh oui, il faut manifester l’envie d’être écouté ou… employer la ruse !

 Sur ce, tous deux se mirent à rire.

-         Bon, pour réparer, mais aussi par curiosité de constater avec quelle cohérence tu peux affirmer de tels arguments, je vais le lire à haute voix, ton site. 

 Edité chez/

http://www.publibook.com/librairie/livre.php?isbn=9782748365696

L'eclaireur-livre-final

 JEAN CLAUDE BONNOT