Macron président ?

  Macron commence à s'égarer avec son diner « entre amis » à la Rotonde et son discours d’investiture avant l’heure.. C’est le moment d’enfoncer le clou !

 Manque de maturité ou bavure orchestrée pour nous faire comprendre que tout est plié au vu des relations de ce "surdoué"

JCB

 

 

Les 3 mystères autour du patrimoine d’Emmanuel Macron

Posté par jc-bonnot à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Presidentielles : Soutien à Jean Lasalle !

 En état d'urgence, les élections devraient être reportées... Mitrailler un bureau de vote est une aubaine pour l'ennemi... Pour autant, si vous voulez faire de la résistance votez pour un candidat qui dès le début affirme qu'il faut retirer nos armées des conflits au Moyen Orient pour que la France redevienne la référence diplomatique qu'elle était .

 

Pour cette présidentielle , je me suis investi pour Paul Mumbach édile d'une petite cité Alsacienne ( Dannemarie)  qui tentait de rallier sous sa candidature les " Maires en colère" ... avec son petit parti " les fédérés"...

IMG_0038

 

lassalle

     Sans illusions pourtant pour l'optention à lui seul des 500 parrainages, celui ci a donné son aval pour Jean Lassalle , le plus proche de nos idéaux. 

 Jean-Claude BONNOT

Posté par jc-bonnot à 11:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Nos ancêtres les gaulois, Mélanchon mélange tout !

 

Notre identité, c'est la Révolution de 1789 qui nous fait égaux en droits

 Intéressant pamphlet sur "nos ancêtres les gaulois" que je me permets de rediriger, comme son auteur a si bien su le faire à son profit . 

Pour le tribun Mélenchon : " Ce qui fait sens, c'est la rupture ! Et non pas la continuité. "

Certes, en bon démagogue qu'il est, il sait abreuver son public des valeurs de la révolution de 1789... faisant l’éloge des droits de l'homme qui pourtant trouvent inspiration et légitimité bien avant. Ne serait-ce que dans les Évangiles où la "rupture" primordiale apparaît, lorsque " Dieu se fait homme", concept renchéri même par St Irénée  : "Dieu s'est fait homme, pour que l'homme devienne Dieu !"  N'y voit-on pas cette liberté de conscience évoquée par le leader du Front de gauche ? Même s'il cite Goethe… En fait, Mélenchon s’adresse à un public acquit à sa cause  ... La vérité, c’est qu'il ne peut y avoir rupture, s'il n'y avait pas continuité ! (Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain ! )

Nos ancêtres les Gaulois (qui se nommaient "celtes" entre eux) ont été affublé de ce nom par les Romains, c'est à dire l'Etat, en référence au coq (gallinacé) qui annonce le jour... Soit en allusion aux peuplades originelles ou barbares. Ceux-ci toutefois, ne devaient pourtant pas l'être vraiment pour avoir réussi à se fédérer en envoyant des contingents de dizaines de tribus au secours d'Alesia, cité connue de tous, et qui curieusement ne parvient pas à faire l'unanimité sur sa localisation.

Aurait-on peur de réveiller les vieux démons ? Une foi en la liberté, au régionalisme, qui dépasserait en ampleur l'orgueil national ? Encore une "rupture" dont vous devriez parler Mr le Tribun... Mais vous êtes plutôt mandaté pour caricaturer cet esprit païen, inventeur de ses propres spiritualités, pour réaffirmer les vertus d'une révolution qui a laissé les peuples exsangues et désillusionnés. Pour preuve, nombreux sont les états ayant conservé leur monarque garant des libertés individuelles.

Mélenchon mélange tout à dessein. Evoquant les Ibères qui étaient aussi gaulois (les celtes ibères, d'Espagne ). Pendant qu’il y était, il fallait aller jusqu’au bout  et évoquer les celtes transalpins (Milan est d’origine celto-gauloise)  le pays de Galle en Grande Bretagne, les Galiléens d'où venait Jésus et les Galates d'Asie mineure...  Comme quoi, on trouve des "gaulois" partout ! Même en Chine. Voir ici encore un de mes billets: La révolution viendra de l' archéologie SUITE: Momies de type europeennes découvertes en Chine.

 En conclusion, dire que les gaulois sont nos ancêtres, n'a rien d'un mensonge et en faire une récupération pour l'unité nationale non plus, vu que cette notion est intégrée depuis longtemps dans nos conceptions, pas de quoi en faire un fromage. C'est contre cet affront à la continuité qu'il faut s'offusquer, facteur de haine et de division au profit d'un progrès qui n'a pas tenu ses promesses. Rupture et continuité se nourrissent l'une de l'autre.

Jean-Claude BONNOT