Les historiens et les croisades...

Michel Onfray: les croisades - généalogie du christianisme guerrier

 

 

Même si je ne partage pas l'athéisme de circonstance de cet écrivain médiatique, je profite néanmoins de signifier que son mépris des croyances ferventes, l’empêche de voir les véritables causes qui pourraient améliorer son travail d'historien et faire progresser la vérité et la paix ...
En fait, les Templiers auraient fini par apporter la preuve de la non résurrection du Christ (...) et leur contact avec l'Islam risquait de faire basculer l' Occident dans le camp "ennemi" . D'où l'éradication par le pape et le roi de France de ces moines soldats. La religion devant être comprise surtout comme une organisation politique qui n'est point l’œuvre de Dieu, mais des hommes.
" Si vous ne croyez plus en la résurrection ( voir : Hérésie d' Arius ) et qu'il vous reste la foi, la fusion avec l'Islam est tentante ... "

   Mes propos ne sont pas anti templiers, bien au contraire... seulement ceux ci avaient une autre version de l'histoire qu'ils avaient redécouverte lors des fouilles du St Sépulcre ou d'autres contacts avec des communautés gnostiques au moyen orient, comme par exemple les mandeens en Syrie, les adeptes de Jean Baptiste. Il faut savoir que les templiers avaient fini par prendre pour guide ce dernier au détriment de Jesus Christ. C'est d'ailleurs ce qui leur était reproché comme une hérésie. Ce choix incombait à la redécouverte de certains évangiles apocryphes qui considèrent la résurrection comme un moyen et non une fin.

Jean-Claude BONNOT


Le triomphe de la croix par la gloire de l'épée !

 

 Difficile de s'y retrouver parmi les publications des uns et des autres par le biais de légendes épiques plus ou moins avouées et d'autres  travaux d'historiens qui, malgré leur sérieux se basent sur des faits reconnus prioritairement pour entériner la légitimité du pouvoir en place. Comme c'est le cas pour l'affaire de la localisation d'Alesia qui pour ma part me sert de fil d' Ariane pour édifier l'histoire de l'humanité. 

  Je pourrais évoquer inlassablement les mythiques épées comme Excalibur, La Joyeuse et Durandal ...  Si pour les deux premieres, chacun pourra retrouver sur le Net diverses proses , toutefois il en est une sur laquelle  je vais rebondir car je lui ai consacré un message voici quelques années  , il s'agit de :

DURANDAL, l'épée qui ne rompt pas !  edité en juin 2015

roland durandal

La fameuse épée de Roland, le neveu de Charlemagne qui désespérément tente de briser son arme contre une roche.. afin quelle ne tombe pas aux mains des infidèles (...)

 

  Si je poste ceci au risque d'ajouter à la confusion, c'est en réponse à un bien étrange message que vient de m'envoyer un ami à propos de l'épée que Vercingétorix aurait jeté aux pieds de Cesar lors de sa reddition à Alesia en 52 av JC... 

"  

L'épée est celle de Jésus (La Joyeuse) échangée aux mandubiens contre l'étain apporté par Joseph d'Arimathie.Elle appartenait à Vercingétorix venu la mettre aux pieds de César qui ne l'a prit pas...L'échange eut lieu avec le calice devenu le graal par tradition,orné de pierres précieuses (le calice et l'épée de Riane Eisler) Ce même calice que Joseph d’Arimathie aurait recueilli le sang du Christ, qui coulait d’une blessure au flanc droit provoquée par Longin le Centurion avec la Sainte Lance.

 

 Je rappelle que les Mandubiens étaient les habitants d' Alesia selon Jules Cesar !  Comme dans ce bref message il est question également du calice  ( Le Graal ? )  je vais porter en référence le lien d'une publication de Persée qui mentionne bien le pays des " Mandubii" , habitants d' Alesia comme les principaux acteurs de la diffusion et la fabrication du bronze en gaule et en Europe . Bien entendu, l'auteur situe Alesia à Alise St Reine le site officiel. Il va de soit donc que pour comprendre l'ensemble il faut attribuer à Alesia un emplacement capital que n'ignoraient pas les écrivains latins et grecs de la période antique, de même que les gaulois. 

La route de l'étain en Gaule - Persée

persee.fr