Le miracle grec proviendrait des gaulois d'Alésia !

 

 

Le vrai visage des Gaulois

Équivalence entre la science gauloise et la science grecque, c’est ce qui est expliqué à la fin de cet excellent documentaire... Diodore de Sicile y est même cité pour la véracité de ses écrits. Je rappelle que cet auteur antique mentionnait Alésia comme foyer et métropole de toute la celtique. Du coup , mes supputations faisant des druides les initiateurs du miracle grec deviennent crédibles.
historien grec contemporain de César : Diodore de Sicile.
LA FONDATION D'ALÉSIA
«Heraklès, ayant rassemblé ses troupes, s'avança jusqu'à la Celtique, la parcourant tout entière, abolissant les coutumes contraires au droit, comme celle du meurtre des étrangers. Une multitude d'hommes de toutes les nations étant venus se joindre volontairement à son armée, il fonda une ville très grande. (...) Il mêla à ses concitoyens beaucoup d'indigènes. Ceux-ci étant plus nombreux, il arriva que tous les habitants devinrent barbares. Et les Celtes jusqu'à ces temps-ci honorent cette ville, comme étant foyer et métropole de toute la Celtique ».

 


Saint Suaire, le "faux-vrai" des Templiers !

L’image contient peut-être : texte

La tête de Jean-Baptiste substituée à celle de Jésus.
En faisant la remarque, on le voit nettement, sur la photo, la tête ne correspond pas au corps .
Cette fameuse tête dissimulée est lourde de symbole… N’y aurait-il pas un rapport avec le fameux « Baphomet » des Templiers ? En effet, l'un des principaux chefs d’accusation de l'Église contre l'Ordre des moines-soldat était le crime d’idolâtrie envers une figure barbue hideuse, qu’ils conservaient jalousement comme un trésor… Celle-ci ne fut jamais retrouvée malgré les recherches des inquisiteurs ce qui, en l’absence de preuves avérées, a provoqué de multiples interprétations sur le « secret de Templiers ».
La tête décollée du corps représente à elle seule l’esprit manifesté de la personne décédée. Elle devient pour celui qui la détient un trophée, un témoignage ou un objet de culte inégalable… A fortiori si celle-ci est celle d’un être éminent.
Si les Templiers étaient en possession d’une telle relique et la conservaient précieusement, de deux choses l’une : soit ils la détenaient d’une ancienne tradition, auquel cas ils auraient été missionnés ou « manipulés » par cette obédience… Soit ils s'en sont saisi ou l'ont reçue en leur protection par la suite ; dans les deux cas, ils reconnaissaient en cette tête le personnage auquel ils reliaient leur filiation et leur foi. Mais à qui donc relier une telle pratique ? Celle-ci était contraire au dogme…
Pour comprendre, il faut avoir à l'esprit que la noblesse Templière était, outre de culture biblique, pétrie des légendes épiques découlant du mythe archétypal du roi Arthur et de la quête du Graal ; il est donc certain que l'amalgame, voire la fusion volontaire des conceptions païennes et chrétiennes a bien modulé les consciences. À tel point qu'il nous faut considérer l'influence de la tradition nord-européenne comme essentielle à l'établissement du Christianisme… Rappelons à cette occasion, le choix des Francs et de Clovis par l'Église catholique Romaine en l'an 496. Les querelles de familles étant les pires un roi païen fut choisi, baptisé par Saint-Rémi, alors que l'ensemble des autres peuplades (Wisigoths, Ostrogoths, Burgondes) avaient déjà adopté le Christianisme Arien…