"D'ALESIA AU CHRISTIANISME "... Le Mystère de l'an 0 !

 

AltarAlesia_Bandeau_2016-09v02

CouvJean-ClaudeBonnot3

 

 Avant de rebondir ou m'impliquer dans une action politique  en accord à l'éthique de ce blog, j'appose ici  la couverture, l'affiche publicitaire et le  synopsis de présentation de mon livre.  A ce stade, après avoir tergiversé avec plusieurs éditeurs (j'ai fini par me décider pour une maison à dimension humaine  http://editions-maia.net/ ), j'ai du, pour mieux me faire comprendre de "professionnels" qui hesitent à me classer dans tel ou tel genre (essai, roman historique, esotérique, spirituel ou politique) ajouter un sous titre aussi intrigant que révélateur..

(...le Mystère de l'an 0 )

                                                             

                                                          

 

                                                           D’ALESIA AU CHRISTIANISME 

                                                             Le Mystère de l'an 0

 

 

       Enquêter et  produire une synthèse cohérente sur un sujet délicat où se mêlent identité nationale et substrat religieux, est un défi suspicieux de nos  jours.  Pourtant, je vous invite à me suivre sur une affaire historique et polémique franco-française qui toutefois concerne le monde entier (Jefferson n’a-t-il pas dit «  Chaque homme a deux patries, la sienne et la France ») .  A savoir, la localisation d’Alesia, conquise par les romains en 52 av JC. Cité considérée comme « sacrée » d’après certains auteurs antiques, qui à mon sens  est victime d’un escamotage pour dissimuler l’origine du Christianisme.     

     Le tout, introduit  d’un exposé -rigide de prime abord- mais vite étoffé  d’un scénario stipulant l’enlèvement et la récupération du Christ par un réseau de religieux déchus : « les Mandéens-Mandubiens »… peuplade mentionnée par César comme les habitants d’Alesia. Ceux-ci d’après ma version seraient en fait les récipiendaires de rites ancestraux, évoluant par la suite en société secrète qui,  en s’infiltrant parmi les Gallo-romains  fondèrent le Christianisme… 

     L’intrigue initiale romancée devient vite accessoire suite à l’orientation prise.  Toutefois, le couple de « touristes chercheurs » imaginés pour la circonstance,  parti en Grèce reconnaître les tombeaux de descendants d’un illustre inconnu -ancien chef des croisades-, parvient en transition à nous faire apprécier la période des Templiers. Ces moines soldats qui, dans leur implication ésotérique firent  trembler le Vatican et le pouvoir royal.  D’autant qu’ils sont à l’origine de la réapparition du Saint Suaire… Relique des reliques qui  s’inscrit comme une clé dans cet ouvrage.

      Dans les vifs débats des deux protagonistes où l’auteur se met en scène au côté d’une amie rencontrée peu avant au cours d’une réunion politique quelque peu «  New-Age », nous pourrons suivre les confrontations des valeurs auxquelles chacun se voue. Par la suite, au retour, chacun reprendra son parcours comme deux cheminements parallèles allant vers un même but, sans pour autant parvenir à fusionner.

Développement et  conclusion  nourrissent et édifient incidemment  « ce Troisième Testament  », dont l’on ne sait encore s’il s’agit déjà du réel ou de son écho.

     Le livre se termine à l’instar d’un précepte que j’aurais pu glisser dans cet ouvrage…. Mais peut être fallait-il donner, du temps au temps.

    « Inutile de dénoncer, l’hérésie, si l’on ne peut révéler le juste ! »

 C’est pourquoi, je me suis employé, tout au long de ces pages  à initier une directive que je détiens de bouddhistes  japonais qui m’ont aidé à me réaliser au sein de notre société Occidentale.   J’applique à cet effet, un diagramme édifiant sur le développement de la personne, auquel je me permets d’introduire le symbole fondateur qu’il m’aura été donné de reconnaître.

     En toute fin, pour ne point s’égarer, j’en reviens à rappeler que seule une archéologie libérée, à laquelle les citoyens donneraient les moyens de ses ambitions, est en mesure de servir de « garde fous ».

 

 Jean-Claude BONNOT

 


Le Saint-Suaire fascine toujours ! la "Relique des Reliques" de nouveau exposée !

 

 L'une d'entre vous vient de me prévenir qu'une nouvelle exposition du Saint Suaire allait avoir lieu.   Je vous fais suivre ici cette info.. tout en y ajoutant à la suite un de mes anciens message sur le sujet , d'octobre 2012;

 

      

<img

 

 

 

A Turin, le Saint-Suaire fascine toujours

  •  

INFOGRAPHIE- Exposée à partir de ce week-end, la relique attend la visite du pape François, prévue le 24 juin. La dernière ostentation remontait à 2010.

Dimanche 19 avril, à Turin, le Saint-Suaire sort de son tombeau. Une chape où il repose à l'abri de toute lumière où il attend dans un gaz inerte, l'argon. Après l'ostension de cinq semaines en 2010 et ses deux millions de visiteurs il n'aurait pas dû revoir le jour avant 2025, année jubilaire. Mais le pape François qui visite cette ville industrieuse du nord de l'Italie le 24 juin a souhaité se recueillir devant cette relique qui demeure une fantastique énigme scientifique. Elle est donc à nouveau visible pour deux mois, sur inscription (www.sindone.org) ...

 

Le Saint Suaire : La fin d'un mystère

VIDEO SAINT SUAIRE 1

 Copie de FAUCHEUR-originel

 Saint Suaire et disparition d'Alésia, instruments du Mystere institutionnel !

  

Pourquoi donc s'interesser encore l'authenticité de cette relique, alors que la plupart de nos concitoyens considèrent cette affaire comme un sujet de polémique à n'en plus finir; nourrie par des fondamentalistes superstitieux qui joutent avec leurs détracteurs ?

 
  A mon sens donc, quitte à surprendre la plupart, le changement viendra plutôt de la perte de confiance en nos institutions, soit de ses piliers ...et en l'occurrence le Christianisme.  Non pas que je développe une quelconque et démagogue haine des religions, bien au contraire...mais tant qu'à faire.... comme dit l'adage "Si tu ne sais plus où tu vas, regarde d'où tu viens !" . Donc, et pour rester dans l'actualité je vais encore citer le président des USA dernièrement à l'ONU suite à cette provocation douteuse du dernier film "anti-Islam"
"Ici aux Etats-Unis, un nombre infini de publications constituent des offenses. Comme moi, la majorité des Américains sont chrétiens, et cependant nous n'interdisons pas le blasphème contre nos croyances les plus sacrées", a-t-il souligné
   Cette phrase "nous n'interdisons pas le blasphème contre nos croyances les plus sacrées" m'a vraiment choqué ! Non pas dans son hypocrisie , mais dans l'inconscience et la superficialité qu'elle véhicule.  Comment en effet, peut t'on vivre dignement en ne s'opposant pas à de telles pratiques ? Et bien je vais vous le dire.... en cultivant et entretenant le mystère ! En effet, et là j'entre enfin dans le sujet... Le Christianisme, pilier de nos institutions, n'est plus basé sur la croyance, mais sur le flou du Mystère !  malheur et honte à celui qui recherche ou croit avoir découvert la vérité sur l'authenticité du Christ.  Comme, je l'explique dans un chapitre de mon livre page 113 " La religion parfaite" que l'on soit protestant où d'un autre courant...toutes les spiritualités où philosophies déistes  émanent ou doivent l'être de ce même tronc: le Christianisme  . L'athéisme, pour moi n'existe pas . Quant à la voie médiane du bouddhisme dont je suis maintenant, elle reconnaît la prépondérance des moyens et des artifices dont le Christianisme donne la meilleure démonstration par la résurrection.
  Seulement voilà... pour que la merveille demeure...il faut entretenir le Mystère ! Moi même dans mon premier livre "Le Mystère des Mandoubiens...habitants d'Alésia" (intégré dans L'Eclaireur) soutiens : La Vérité du Mystère ! Page 309.
 Mais , cette "vérité" si je ne la conteste pas dans l'absolu, n'a de valeur que si elle n'est pas entachée de mensonges ou d'obsurantisme  ! Et c'est justement ce que j'éssaye de dévoiler (...) en faisant le rapprochement entre la disparition d'Alésia et les gesticulations autour du Saint Suaire, affaire qui toutes deux sont noyées et instrumentalisées pour les besoins du MYSTÈRE INTITUTIONNEL !
   En clair...ais je du nouveau ?  Oui, mais encore faut il se mettre à mon diapason ! Pour se faire, je vous invite à visionner la vidéo en annonce... Puis vous serez en mesure de comprendre pourquoi j'emploie l'expression "Faux vrai" à propos de cette relique.  Vous verrez que le film nous parle de deux linceuls , l'un du corps et l'autre de la tête  (suaire d'Ovièdo)  .  Dans mon livre j'explique que la relique du corps  provient de la "grotte du Chateau de  la Roche"; soit le fief du fameux Othon de la Roche "
 Seigneur Franc Comtois bourguignon, qui aurait rapporté le Suaire en France, suite aux croisades.  Quant à la "tête"- distinctement séparée du corps sur le linceul- il s'agirait de celle de : Jean Baptiste... personnage reconnu par les Templiers, comme le véritable élu ! Celui ci aurait été décapité par Hérode et sa tête présentée sur un plateau ! Delà à ce quelle soit momifiée est conservée...jusqu'à l'arrivée des croisés, c'est très plausible. D'autant pus que le procès des templiers évoque une relique, une tête ou "Baphomet" honorée par hérésie par ses moines soldats. 
  En fait donc, comme je l'évoque dans mon premier livre... Depuis la plus haute antiquité, un rituel subsistait consistant à ensevelir les hauts dignitaires ou élus dans les eaux d'une caverne située aux confins des voies de communication fluviales, lieu que je nomme "ALTARE MANDUBIORUM " - Autel des Mandubiens- Ces derniers sont cités par César comme les habitants d'Alésia ( BG chap 68 liv 7) .  Ce sanctuaire païen, serait devenu au fil des siècles un gisement considérable de reliques en excellent  état de conservation, du fait sans doute de leur conditionnement en cercueils de tuf immergés, soit en anérobie.
   Donc, voilà, comment j'explique la détention du suaire par la famille De La Roche...héritiers des contes de Bourgogne.  La TËTE de Jean- Baptiste ayant été habilement greffée sur un linceul où figurait (par un procédé impossible à démontrer..faute de temps)  le  corps d'un  supplicié, commun à l'époque! Et pourquoi pas celui du Christ ! 
  Dans une telle hypothèse...il n'est donc plus question de résurrection, le corps s'étant imprimé suite à un long séjour au contact de "l'objet" ...telle une feuille dans un livre.
  A vous de voir donc si je blasphème ou relance le Mystère. Il n'empêche que de ce point de vue, je peux vous assurer être au plus proche de la vérité...à vous de voir, si vos conceptions et foi peut en faire l'économie. Mais j'en doute.
Jean-Claude BONNOT
PS: Il est vrai que là, je ne risque pas ma tête... et j'en remercie nos institutions...quant à mon âme...